Quel est le secret de green bloom® ?

la chlorelle

La chlorella vulgaris est une variété d’algue verte unicellulaire microscopique de la famille des Chlorellaceae. Grâce à la photosynthèse, elle se reproduit très rapidement en eau douce dans des régions où l’ensoleillement est important et les températures assez douces.

Composée de 60% de protéines végétales, enzymes, vitamines (A, B, C et E), acides gras essentiels insaturés, minéraux (fer, calcium, magnésium, zinc, potassium, soufre, manganèse), la chlorelle est aussi l’un des végétaux les plus riches en chlorophylle (forte concentration de 2% à 3%).

Améliorer durablement le bien-être et la santé
en permettant au plus grand nombre
de boire quotidiennement de la chlorelle fraîche

Je passe commande

Ferme hydroponique de 30 hectares

Énergie
positive

Réduction
des effets de serre

Agriculture
saine et durable

Issu d’une agriculture responsable

La chlorelle est produite exclusivement par la maison mère de green bloom, LDC Algae basée en centre Bretagne (22).

La société LDC Algae porte depuis sa conception la préservation de l’environnement.
L’ensemble des ressources utilisées par cette ferme d’un genre nouveau sur 30 hectares est renouvelable.
Les micro-algues, comme toutes les plantes, ont besoin d’engrais pour croître. Ici l’engrais est fourni uniquement par des effluents d’élevage méthanisés.
Il n’y a pas d’utilisation d’engrais chimiques. Tous les fertilisants sont par ailleurs produits localement. Le méthaniseur produira en électricité
l’équivalent de la consommation d’un village. La production électrique est environ 4 fois supérieure à celle consommée sur site.

La culture de micro-algues, même sous climat tempéré, nécessite un appoint en chaleur. Là aussi pas de consommation d’énergie fossile.
La chaleur provient des générateurs électriques du méthaniseur et de capteurs thermiques solaires. La culture de micro-algues est également un puits de carbone.
Tout le CO2, qui est un des gaz responsable de l’effet de serre, produit sur site est capté et consommé par les micro-algues.
L’impact écologique du site est donc positif. Sans engrais ni énergie fossile, le site capte d’importantes quantités de gaz carbonique pour le transformer,
par l’action de la photosynthèse, en une matière première végétale aux multiples usages, il génère de l’énergie utilisable localement et dégage de l’oxygène !