La Chlorella : qu’en pense le Naturopathe ?

green bloom propose pour la première fois ce super aliment sous sa forme fraîche

La chlorella est connue pour ses propriétés détoxifiantes. La concentration unique en chlorophylle de cette algue microscopique explique notamment ses qualités de « nettoyeuse ». Mais résumer ainsi les vertus de ce micro organisme marin serait trop réducteur.
Valérie Vidal, Praticienne de santé Naturopathe, revient sur les qualités qui font de cette algue une alliée santé de choix pour l’homme.

Petite histoire de la Chlorelle
La chlorella est une algue microscopique verte d’eau douce unicellulaire de la famille Oocystacea et du genre chlorellae comprenant de nombreuses espèces.
Elle est apparue sur Terre il y a plus de deux milliards d’années, mais ne fut découverte qu’à la fin du XIXe siècle. Cultivée depuis une cinquantaine d’années en Orient (Japon, Taïwan), elle a fait l’objet de nombreuses études scientifiques.

Chlorella : quels bénéfices pour la santé ?
La composition nutritionnelle de la chlorella est très riche : de 55 à 70 % de protéines équilibrées en acides aminés, des glucides, des acides gras majoritairement insaturés, des fibres, de nombreux minéraux, oligoéléments et vitamines dont de puissants antioxydants.
La chlorella appartient à la famille des « superaliments », dans laquelle se trouve aussi la spiruline, mais la chlorella est bien plus qu’un aliment à haute valeur nutritive.
Elle se distingue d’une part par sa concentration en chlorophylle, remarquable agent nettoyant et désodorisant naturel. Cette richesse en chlorophylle renforce l’action d’autres composants et mécanismes pour faire de la chlorella une algue au fort pouvoir détoxiquant, purificateur de l’intestin, régénérateur sanguin et tissulaire, hépatoprotecteur et régulateur de l’équilibre acido-basique cellulaire.
D’autre part, la chlorella possède une membrane cellulaire très solide, capable de fixer de nombreuses substances nocives (telles que les métaux lourds, les insecticides, les dioxines et les colorants synthétiques) et d’induire la production d’interférons.
Ces derniers stimulent l’action des cellules macrophages du système immunitaire.
La consommation de chlorella induit également une diminution notable du pourcentage de graisses corporelles, de cholestérol total sérique et de la glycémie.

Dans quels cas l’utiliser ?
– La prise de chlorella est particulièrement adaptée :
– Dans les troubles intestinaux : constipation, ballonnements, flatulences, mauvaise haleine ;
– Dans le syndrome du côlon irritable et la candidose digestive chronique ;
– Pour détoxication des polluants et en particulier en accompagnement des déposes d’amalgames dentaires ;
– En accompagnement des régimes amincissants ;
– Dans les situations où le système immunitaire a besoin d’être stimulé ;
– En cas de terrain acide et ses conséquences : déminéralisation, troubles rhumatismaux et tendineux, phénomènes inflammatoires… ;
– Dans la prévention des anémies ;
– Dans les dyslipidémies, l’hypertension, en prévention de l’athérosclérose.

[…] Lors du retrait d’amalgames dentaires, le praticien doit évaluer la quantité de chlorella nécessaire et établir un protocole de prise avant, pendant et après l’acte dentaire.

Le saviez-vous ?
La qualité de la chlorella est variable. Elle dépend de la pureté de l’eau des bassins de culture, de l’emploi ou non de pesticides, herbicides, OGM, du mode de séchage, des contrôles de qualité effectués sur les bassins et sur les produits finis et, enfin, du conditionnement. Les revendeurs doivent pouvoir vous fournir des garanties.

Publié par Valérie Vidal dans Biocontact n°229 de novembre 2012

http://www.etre-bien.eu/la-chlorella-le-naturopathe/