greenbloom : une ferme en Bretagne a développé la première boisson au monde faite d’algues vivantes

 

Quand l’entrepreneur nantais Pierre Lainé a commencé à chercher de nouvelles aventures en 2017, la production d’algues n’était pas sur son radar. Cela a changé après un appel de René-Jean Guillard, fondateur de LDC Algae, une ferme de micro-algues en Bretagne fournissant de la chlorelle aux entreprises de cosmétiques et pour l’alimentation d’animaux. Mr Guillard voulait se développer dans l’alimentation humaine, et pensait que Mr Lainé pourrait l’aider.
C’est ainsi qu’est née green bloom, une société qui vend la première boisson de microalgues d’eau douce au monde.

«J’étais fasciné par l’aspect super-aliment des micro-algues et par la façon dont ce nutriment pouvait être offert comme une boisson fraîche», explique le jeune homme de 42 ans Mr Lainé, président de green bloom. “Elle a beaucoup plus de propriétés bénéfiques fraîche que de la façon dont elle est habituellement commercialisée sous la forme de poudre ou de comprimé.”

Outre les bienfaits pour la santé annoncés comme la détoxification et la régénération de la peau – LDC Algae produit la microalgue en économie circulaire, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de déchets. Le processus commence avec les effluents d’élevage, qui créent du biométhane et produit l’électricité nécessaire au développement des microalgues. L’eau douce et la lumière du soleil permettent la reproduction des microalgues, qui sont ensuite embouteillées et expédiées aux consommateurs en France.
Un investissement de 30 millions d’euros de la part de LDC Algae a permis à green bloom de décoller et verra l’expansion de la société en Belgique, aux Pays-Bas et en Suisse cette année. Ils ouvrent également une franchise de la ferme au Mexique et sont en pourparlers pour vendre le produit aux États-Unis et en Asie.
“La population est en croissance, nous devons donc trouver de nouvelles sources d’aliments avec des protéines”, dit Mr Lainé. “Notre façon de travailler est l’avenir. Nous voulons inspirer d’autres entreprises à créer des produits qui sont bons pour nous, mais aussi bons pour la planète.” www.greenbloom.com

Article traduit en français publié dans le magazine Inspired by Brussel Airlines de janvier 2018.